Ostarine

Banjo

Cours (ou mini-stages) de banjo « old-time »

Soit à Tours – Joué-Lès-Tours ou en ligne (voir cours à distance).

Les cours sont basés sur des transcriptions inédites réalisées d’après les enregistrements des meilleurs joueurs américains.

Je propose à l’élève de se dégager de la tablature pour le guider dans sa propre créativité musicale (élaboration d’un arrangement, « repiquages » et formation de l’oreille, etc…)

Le banjo old-time ne comporte pas de résonateur comme le banjo type « bluegrass » (de facture plus récente). Ce résonateur présent dans le banjo Bluegrass favorise un meilleur « sustain » (durée de la note) ainsi qu’un son plus clinquant ce qui n’est pas recherché dans le banjo « frailing » ou « clawhammer », qui demande un son « mate », plus percussif.

Qu’est-ce que la musique « old-time »?

D’origine celtique et afro-américaine, la musique « old-time » est tout simplement la musique traditionnelle des montagnes Appalaches, vieille chaîne de montagnes usées qui longe la côte est des États-Unis, où cette musique se pratique plus précisément en Virginie, les deux Carolines (du Nord et du Sud) et une partie du Tennessee.

Le banjo américain « old-time », qui rappelle certains instruments de facture africaine, est relativement facile à fabriquer pour tout bon bricoleur digne de ce nom. Ainsi, les premiers colons démunis de la côte-est des États-Unis, tous pratiquement d’origine Irlandaise ou Écossaise, trouvent avec le banjo la solution idéale pour se fabriquer un instrument « bon marché ». L’instrument se constitue par un fût en bois cerclée de métal (ou soit entièrement fait de métal ou de bois), ensuite est tendue sur ce cercle une peau de chèvre (le plus souvent), exactement comme pour un instrument à percussion (tambour).

Sur cette peau « bien tendue » repose le chevalet maintenu par la simple pression et tension des cordes (comme pour le violon). Le manche comporte cinq cordes dont la plus courte fait office de bourdon*: elle est par conséquent toujours jouée à vide. On retrouve là une des principales caractéristiques des instruments traditionnels populaires, entre autres celtiques comme la cornemuse ou la vielle (pour ne citer que les plus connus).

Un des grands avantages du banjo est sa puissance sonore naturelle qui peut rivaliser avec celle d’un « fiddle »**: tous deux instruments favoris pour animer les bals et les fêtes.

Par contre, la guitare américaine à cordes métalliques, bridée par une projection sonore plus intime, se contente du rôle primaire d’instrument accompagnateur réduit à une rythmique efficace (ceci avant l’avènement de l’électricité puis du microphone dans le fin fond des campagnes reculées). À l’origine, la touche du banjo ne comporte pas toujours de barrettes (ou de frettes) délimitant les notes (comme la touche d’un violon), ce qui permet de jouer une musique à caractère non « tempérée » (sans demi-tons égaux, comme la gamme des chanteurs ou violoniste).

L’accor(dage): Ce style de Banjo Old-Time se joue en open-tuning (accord ouvert). « Accord ouvert » qui permet de libérer la main gauche des positions d’accords, ce qui permet au musicien une liberté de jeu très personnel, mélodique et spontanée (il y a autant de façon de jouer que de banjoïstes old-time !). L’accord peut être à caractère « tonale » (tonique, tierce, quinte) ou modale (en gros le mixe de deux accords).

En frailing ou clawhmmer, l’attaque des cordes se fait dans le sens contraire de la guitare « picking », c’est-à-dire en frappant la ou les cordes avec le dos de l’ongle vers le bas en butant légèrement sur la corde sous-jacente ou sur la peau. Le pouce est sollicité le plus souvent pour jouer le bourdon (5e corde), mais il peut aussi descendre sur les autres cordes pour jouer des notes d’accompagnements ou mélodiques.

Le « brush » (ou brossé) constitue la technique primaire des styles appelée « frailing » ou « clawhammer », ou dans ce dernier il se fera plus ponctuel et discret. Ce « brush » se joue sur les deuxième et quatrième temps de la mesure et procure ainsi un effet harmonique et rythmique.

 

*Bourdon : note tenue pendant l’exécution d’une ligne mélodique

**Violon se dit « fiddle » en argot folkeux anglais